La réparation par injection de fissures consiste à injecter les fissures à l’aide de résines polyuréthanes qui sont à la fois souples et étanches sur toute l’épaisseur du voile. La souplesse de ces résines permet de reprendre les mouvements de la structure tout en restant étanches. Leur caractère expansif, leur viscosité et leur vitesse de polymérisation sont variables et dépendent du type de problème à traiter.

L’injection de polyuréthane permet le colmatage de la fissure à 100% soit toute sa largeur (intérieure vers extérieure) et toute sa hauteur.

Elles sont pratiquées sur des fissures généralement actives, c’est-à-dire soumises à des mouvements liés au retrait et à la dilatation du béton.

Dans le cas de fissures actives en particulier, les mouvements de retrait et de dilatation finiront par l’altérer. On procède donc ensuite à l’injection de la résine d’étanchéité définitive, plus dense, sous des pressions allant jusqu’à 4500 lbs, au travers de la structure à cellules fermées décrite ci-dessus.

Ce procédé d’injection de fissures traite non seulement les fissures, mais s’applique également aux joints de reprises de bétonnage, ainsi qu’aux zones poreuses. Dans ce dernier cas l’injection est effectuée suivant un maillage suffisamment serré pour combler les cavités, causes du passage de l’eau.

Les injections de fissures tendent à redonner au béton ou à la pierre son caractère monolithique, ce qui  ne peut être assuré par des résines souples. L’injection est effectuée suivant les mêmes techniques, mais avec un produit présentant idéalement les mêmes caractéristiques mécaniques que le matériau réparé, autant dans la masse qu’au droit de l’interface. Les résines polyuréthanes cèdent dès lors la place aux résines époxydiques.